Welcome Club de Curling de Valleyfield
Bonspiel
Leagues & schedules La pratique du curling à Salaberry-de-Valleyfield date d'environ 1883. C'est au tournant du 20e siècle que la MOntreal COtton fait construire un complexe sportif et social connu sous le nom de "MOCO Club" afin de distraire ses employé(e)s. À l'époque, ce complexe comprend deux glaces pour la pratique du curling, un aréna pour le patinage, une librairie possédant quelques milliers de livres, quatre tables de billard, des jeux de fléchettes. On peut y voir aussi un terrain de tennis, un terrain de boulingrin sur gazon et une grande terrasse.
Pro Shop
Cost of membership
Members in good standing
History
Photo Gallery
Others activities
Links C'est en 1900 qu'est officiellement fondé le club de curling. À l'époque, ce sont uniquement les hommes, majoritairement anglophones, qui pratiquent ce sport. Quant au curling féminin, il voit le jour seulement en 1933. Durant la saison hivernale, le curling prédomine dans les activités quotidiennes du MOCO Club. Il va sans dire que les joueurs de curling de ce club se taillent vite une réputation de redoutables compétiteurs dans tout le sud-ouest du Québec. 
Contact
Pour sa part, le terrain de boulingrin, avec la qualité exceptionnelle de son terrain gazonné, attire la tenue de plusieurs compétitions d'envergure. Il n'est pas rare d'y voir les dames jouer au boulingrin en après-midi, alors que les fins de semaine sont réservées aux lignes mixtes et aux tournois. Avec les belles journées d'été, la terrasse du club est quant à elle, très populaire. Par son emplacement géographique et par la qualité de ses installations, le MOCO Club joue, sans contredit, un très grand rôle dans la vie sportive et sociale des gens de Bellerive et de l'ensemble de la ville de Salaberry-de-Valleyfield.
Du début du 20e siècle jusqu'aux années soixante, les familles de dirigeants de l'usine Montreal Cotton et la population, anglophone en particulier, fréquentent assidûment le MOCO Club.
C'est en date du 1er novembre 1969 que le club de curling devient le Club de Curling de Valleyfield Inc. Et qu'il achète les installations du MOCO Club pour la somme de 30000,00$ Les besoins d'agrandissement de la rue Maden nécessitent toutefois la démolition du MOCO Club dont la dernière joute de curling eut lieu le 14 avril 1978.
L'actuel bâtiment du Club de Curling de Valleyfield Inc. compte aujourd'hui trois glaces de curling et une grande salle de réception avec un bar. Les installations furent inaugurées le 16 septembre 1978.
Aujourd'hui, fortement fréquenté par la population francophone, le Club de Curling de Valleyfield Inc. perpétue la prestigieuse réputation sportive et sociale que le MOCO Club avait acquise. À l'instar de son prédécesseur, qui était un club privé géré par la Montreal Cotton, la destinée du Club de Curling de Valleyfield Inc., corporation à but non lucratif, est sous l'égide d'un conseil d'administration pouvant compter sur l'appui inconditionnel des membres, lesquels peuvent également être actionnaires du club.
Avec les années, le Club de Curling de Valleyfield Inc., considéré comme l'un des châteaux forts du curling dans le sud-ouest québécois (désormais le Suroît), a organisé toutes sortes d'événements autant sportifs que communautaires. En 1996, le club est d'ailleurs l'hôte du Tournoi provincial des cœurs Scott (finale provinciale de curling pour dames, en 2004, il reçoit le Championnat Canadien des Pompiers, en 2008, il accueille le Championnat Provincial Masculin et en 2009 le Championnat Provincial Masculin Senior. À chaque début de saison, le club organise notamment un tournoi "portes ouvertes" qui s'adresse à tous les citoyens. Ses membres s'impliquent par ailleurs dans plusieurs tournois majeurs et compétitions interclubs.
Le Club de Curling de Valleyfield Inc. croit que le curling est voué à un excellent avenir. D'ailleurs, un programme pour les juniors et les Jeux Olympiques Spéciaux y sont en place. Ses membres font preuve d'une solidarité et d'une participation exemplaires à l'occasion des activités amicales et communautaires. Nous pouvons notamment nous réjouir du rôle important que le club joue depuis ses origines sur la scène sportive locale, provinciale et même nationale.
Avec son emplacement privilégié, à proximité du centre-ville, le Club de Curling de Valleyfield Inc. Constitue un lieu recherché pour les rassemblements et la réalisation d'activités de tous genres. Son accueil chaleureux et son ambiance détendue expliquent incontestablement la réputation qu'a pu acquérir le club au fil des ans.
Jeu de curling
Les débuts exacts du curling demeureront toujours un mystère. Cependant, il n'est pas difficile d'imaginer un homme, il y a des centaines voire des milliers d'années, qui soulevait une roche lourde dans sa main, la regardait et écoutait avec fascination le bruit qu'elle faisait après l'avoir lancé sur la surface brillance d'un lac gelé.
Ce "premier curler" devait être intrigué par la manière dont la pierre bougeait et par le grondement qu'elle faisait en tournant. D'autres personnes, dans un passé pas si lointain, ont entendu le même son et l'on utilisé pour qualifier le jeu de curling en faisant référence à ce bruit de grondement (the roaring game).
Les Écossais et les autres Européens se sont souvent disputés les origines véritables du curling. Les deux prétendent en être les inventeurs. Est-ce que les Écossais ont inventé le jeu ou a-t-il été importé par des sportifs flamands qui ont émigrés en Écosse pendant le règne de James d'Angleterre ? Est-ce que des Européens ont joué une version primitive du curling et les Écossais l'ont simplement adopté et amélioré ? La preuve basée sur des œuvres d'art, des écrits contemporains et des découvertes archéologiques a donné naissance à un certain nombre de théories, mais rien n'est certain.
Certaines des représentations graphiques de 1565 montrent un jeu similaire au curling. Deux huiles sur toile par le maître hollandais Pieter Bruegel, intitulées "Winter Landscape with skaters and a Birdtrap" et " Hunters in the Snow" montrent "eisschiessen" (lancer sur glace), un jeu bavarois joué avec des bâtons qui se pratique encore de nos jours. Un autre œuvre, une gravure de R. de Baudous (1575-1644) d'après N. Van Wieringen, intitulée "Hyems" ou "Winter" présente des joueurs qui semblent faire glisser de gros disques de bois sur une rivière gelée. D'autres esquisses de la même époque montrent un jeu hollandais nommé "kuting" qui était joué avec des mottes de terre gelées.
Le premier document écrit à la main de ce qui pourrait être appelé les débuts du jeu de curling remonte à février 1540, lorsque John McQuhin d'Écosse a pris note, en latin, d'une compétition d'un jeu sur glace entre moine du nom de John Sclater et un associé, Gavin Hamilton.
Les premières références imprimées sur le curling figurent dans un écrit publié par Henry Adamson suite au décès d'un ami proche: son nom était M. James Gall, un habitant de Perth et un homme de grande stature, plein d'humour, qui s'adonnait avec plaisir aux passe-temps du golf, du tir à l'arc, du curling et qui aimait la bonne compagnie. Il semble que le jeu attirait de nombreuses personnes de toutes les souches de la société. Des documents du Glasgow Assembly of Presbyterians de 1638 accusaient un certain évêque, Graham d'Orkney, d'un acte terrible: il était un curler sur la glace le jour du sabbat.
Au 18e siècle, le curling était devenu un passe-temps courant en Écosse. Tant la poésie que la prose de l'époque font état de bonspiels, de sociétés de curling et parlent du curling comme d'un grand jeu national.
La véritable controverse à propos du lieu de naissance du jeu a été amorcée par le révérend John Ramsay de Gladsmuir, en Écosse. Dans son livre, An Account of the Game of Curling (Édimbourg, 1811), il argumentait en faveur des origines continentales. Sa recherche au sujet de l'origine des termes de curling (ex.: bonspiel, brough, colly, curl kutting, quoiting, rink et wick) l'ont amené à la conclusion que ces mots étaient dérivés du hollandais ou de l'allemand. Déclarant que tous ces mots étaient étrangers, il a affirmé que l'ensemble des termes était continental et de ce fait nous devions attribuer au curling des origines continentales.
Le célèbre historien, le révérend John Kerr, réfute les opinions du révérend Ramsay et a prôné les origines écossaises du curling. Dans le livre "A History of Curling" (1890), Kerr pose la question suivante: si les Flamands ont initié les Écossais au jeu dans les années 1500, pourquoi les poètes et les historiens écossais n'en font-ils pas mention avant 1600? Il ne voit pas non plus de preuve que de nombreux termes étaient continentaux, expliquant que de nombreux mots étaient d'origine celtique ou teutonique (ex.: channel stone, crampit, draw, hack, hog, skip, tee, toesee, tramp et tricker).
Pour en rajouter au mystère, une preuve archéologique d'une pierre de curling (la fameuse pierre de Sterling) portant la date de 1511 a été découvert en même temps qu'une autre portant la date de 1551, quand un vieil étang a été mis à sec à Dunblane, en Écosse.
La véritable origine du curling est nébuleuse et perdue dans les temps. Il n'y a pas de doute ou de dispute, cependant, que les Écossais ont cultivé le jeu. Ils ont amélioré l'équipement, établi des règles, fait du curling un passe-temps national et l'ont exporté dans de nombreux pays à travers le monde.
Donc, peu importe les origines du jeu, il est de plus en plus connu et pratiqué. Plusieurs pensent, à tort, que c'est un jeu de "petits vieux". Ceux-ci n'ont probablement jamais "brossé" avec vigueur une pierre lancée par un joueur sur une distance de 100 pieds.
Un mélange de la stratégie des échecs et de la précision exigée par un coup roulé au golf font du curling un sport des plus intéressant et qui peut être pratiqué par des gens de tout âge.
Source: texte de Peter Smith de ICING